jeudi 10 mai 2007

DECIDER DU CHANGEMENT

« Nous pouvons attendre pour décider d'un changement que notre corps hurle une souffrance physique, qu'un décès ouvre en nous une blessure affective, qu'un échec nous déstabilise, qu'un ouragan détruise notre maison... Mais nous pouvons aussi anticiper ces états d'urgence et simplement écouter en nous la voix qui nous demande instamment de donner un sens à notre vie. Quelque chose en nous sait. Nous sommes porteurs d'un noyau de sagesse. Il nous faut le contacter et lui faire confiance. » Paule Salomon, La Spirale du bonheur,... [Lire la suite]
Posté par Lung Ta à 05:51 - - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 25 avril 2007

JE SUIS LA BLESSURE, ET LE GOUFFRE

Marie-Madeleine © Luciana Teruz Notre souffrance quotidienne est liée à notre façon de défendre ce que nous appelons notre « moi » qui est l’image de soi-même que l’on autoproduit . Nous avons l’impression que ce « moi » est agressé dans son intimité, comme violé, par le temps qui passe, la maladie, les images que nous avons des « autres », les « étrangers » etc…. Pour le défendre, nous nous renfermons  sur cette image, voir nous attaquons les représentations que nous avons des autres. Mais, et c’est pour cela qu’après le... [Lire la suite]
Posté par Lung Ta à 06:15 - - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 23 avril 2007

RETROUVER UN ETRE CHER QU'ON A PERDU

(L'Ange & le Dragon - Dessinateurs : Tehy , Lalie  - Scénariste : Tehy - Editeur : SOLEIL PRODUCTION) « Quand j'ai perdu ma mère, j'ai beaucoup souffert. Si vous savez comment pratiquer, quand le temps de la séparation arrivera, vous ne souffrirez pas trop. Et vous constaterez très vite que votre mère est toujours vivante en vous. Le jour où ma mère est morte, j'ai écrit dans mon journal: «Un très grand malheur s'est produit dans ma vie. » J'ai souffert pendant plus d'un an après le décès de ma mère. Mais un jour,... [Lire la suite]
Posté par Lung Ta à 05:36 - - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 13 avril 2007

Là où est ton trésor, là est aussi ton cœur

« Hommes de science, nous ne nous connaissons pas nous-mêmes: la bonne raison en est que nous ne nous sommes jamais cherchés - comment aurait-il pu se faire que nous nous trouvions un jour? On a dit avec exactitude: « là où est ton trésor, là est aussi ton cœur » En ce qui concerne la vie, ce qu'on appelle les « expériences vécues », qui de nous seulement s'en préoccupe avec assez de sérieux? ou bien y consacre le temps nécessaire? Nous nous restons nécessairement étrangers à nous-mêmes, nous ne nous comprenons pas, il faut... [Lire la suite]
Posté par Lung Ta à 07:00 - - Permalien [#]
jeudi 12 avril 2007

OUVERTURE DU FORT INTERIEUR.

HDR Portes du Fort du Trou de l'Enfer par Pierre-Henry Muller © Avec Freud nous avons appris que l’objectif d’une thérapie analytique est de ramener à la conscience tout ce qui est inconscient en nous. En effet d’après lui nos névroses, nos souffrances, sont dues au refoulement, à l’impossibilité de voir ici et maintenant tous nos dommages passés. Pour cela le psychanalyste va utiliser la parole et l’association libre (dire tout ce qui passe par la tête) de son client. D’une manière similaire (mais avec une méthode différente)... [Lire la suite]
Posté par Lung Ta à 07:00 - - Permalien [#]
mercredi 11 avril 2007

LES MONTRES DE CARTAGENA

L'horloge au port par M’Hamed Saci © « L'histoire des montres de Cartagena donne un exemple savoureux en la foi de l'opinion de l'autre. Un voyageur arriva dans la ville Colombienne de Cartagena où la coutume était de tirer un coup de canon à partir de la forteresse tous les jours à midi ce qui permettait aux habitants de régler leur montre. Or, ce voyageur remarqua que le coup de canon était tiré toujours une demi heure à l'avance. D'un naturel curieux, il demanda au commandant de la forteresse les raisons de cet écart.... [Lire la suite]
Posté par Lung Ta à 06:39 - - Permalien [#]

samedi 10 mars 2007

AU LIEU D'ATTAQUER LES MURS

« Ma mère, les yeux dilatés par le silence, coud dans un coin. Elle ne parle jamais, ma mère. Ou elle hurle, ou elle se tait. Ses cheveux de lourd voile noir sont couverts de mouches. Ma sœur assise par terre la fixe de deux fentes sombres ensevelies dans la graisse. Toute la vie, du moins ce que dura leur vie, elle la suivit toujours en la fixant de cette façon. Et si ma mère - chose rare - sortait, il fallait l'enfermer dans les cabinets, parce qu'elle refusait de se détacher d'elle. Et dans ces cabinets elle hurlait, elle... [Lire la suite]
Posté par Lung Ta à 10:27 - - Permalien [#]
mercredi 7 mars 2007

APPRENDRE A SE CONNAITRE

« Les gens ont besoin de comprendre: comprendre pourquoi leur vie ne les satisfaisait pas, comprendre pourquoi il leur est parfois si difficile de vivre avec eux-mêmes et avec les autres, dans un monde en déroute. Et pour vraiment comprendre cela, il leur faut d'abord apprendre à se connaître, car c'est à partir de soi qu' on perçoit le monde. Pour se connaître, il faut aller à la racine de son être, c'est-à-dire son esprit, puisqu'il est la source de toutes nos expériences. C'est à travers lui qu'on perçoit, qu'on pense, et... [Lire la suite]
Posté par Lung Ta à 06:58 - - Permalien [#]
mercredi 21 février 2007

PERMANENTE IMPERMANENCE

Je voudrais traiter d’un sujet difficile, qui est de la mort & la maladie. J’espère ne choquer personne, et vous prie de m’excuser par avance de mes maladresses éventuelles. Quand nous apprenons que nous mêmes ou une personne proche est atteinte d’une maladie grave telle que le cancer, nous devenons très triste car nous pensons tout de suite au risque de fin prochaine de cet être. Mais ce raisonnement est basé sur le fait qu’étant habituellement en bonne santé, nous ne risquons rien, la mort est loin de nous, et du coup... [Lire la suite]
Posté par Lung Ta à 11:03 - - Permalien [#]
mardi 20 février 2007

Philosopher

« Philosopher, c’est faire table rase (rien ne prouve que ce soit possible), du moins essayer de se débarrasser de tout ce qui nous encombre, des habitudes, des idées toutes faites, etc., autrement dit, essayer de penser à neuf. »André Comte-Sponville, « L’amour, la solitude »,  Editions Albin Michel, 2000
Posté par Lung Ta à 10:37 - - Permalien [#]